ALEK LEBLANC

Des fois j'ai une opinion, des fois non…

Prohibition, les dépanneurs du Québec et le Gouverne-Maman. — mars 10, 2017

Prohibition, les dépanneurs du Québec et le Gouverne-Maman.

L’ADAQ, l’association des détaillants en alimentation du Québec déposera une demande d’octroi de permis afin autoriser la vente d’alcool dans les dépanneurs et les épiceries après 23h, jusqu’à 3h du matin.

 La vente reprendrait à 130923_w65sl_depanneurs-biere-rimouski_sn6356h le matin, soit 2 heures plus tôt que l’heure prévue par la loi actuellement (8h). Des propriétaires de dépanneurs et d’épiceries réclament le droit de vendre de l’alcool jusqu’à 3 h du matin au Québec. Ils avancent que leurs établissements commerciaux, même s’il restent ouverts toute la nuit après 23h, ne peuvent faire concurrence avec les bars et les restaurants et qu’une part de marché non négligeable pourrait en bénéficier. Pour ces petits commerces, la vente d’alcool représente en moyenne 35% de leurs profits actuellement. Ce qui n’est pas rien !

CE QUE LA PROHIBITION CRÉE & LE PRIX À PAYER…

Puis-ce que les épiceries et les dépanneurs ne peuvent vendre de boissons alcoolisées après 23h, les fêtards n’ont que deux solutions qui s’offrent à eux : aller consommer dans un établissement licencié (un bar) ou… en ayant recours à des des livreurs qui font la livraison de bouteilles jusqu’à très très tard dans la nuit.

Parlons brièvement de ces commerçants illégaux…

Une organisation de ce genre qui fait la vente illégale est passible de lourdes amendes pouvant grimper jusqu’à 6 075$ pour une première infraction, et jusqu’à 24 300$ en cas de récidive.

Sans compter les risques associés à ce commerce pour les opérateurs, il faut également qu’un consommateur soit prêt à investir une somme considérable afin qu’on lui livre ses consommations.  De coutume, les bouteilles d’alcool, fort sont vendues 2 fois le prix affiché à la SAQ – ce serait le même taux pour la majorité des produits offerts. Par exemple : une bouteille de champagne Veuve Cliquot qui se vend au prix de 70$ à la SAQ, sera revendue au prix de 140$, livraison incluse. Ces petites entreprises clandestines fonctionnent par le biais de la plateforme Facebook et des sites des petites annonces tels que kIJIJI, Craigslist, etc…

Comme vous le constatez, le fait de prohiber la vente d’alcool après 23h ne fait que stimuler d’autres souches de criminalité et de pratiques nébuleuses. Cette fois; elle prends la forme d’un service de livraison rapide d’alcool.

Demande + Besoin = _____un vide comblé_____ = commerce + vente

On peut comparer ce genre de transaction illégale de revente d’alcool au traffic de drogues… qui elle, figure parmi les industries des plus lucratives à l’international.
 Les profits sont astronomiques et la demande ne semble pas s’essouffler. 

PARLONS DE NOUS…

Dans la société dans laquelle nous vivons, dès qu’un besoin ou une demande se manifeste, on a pas à chercher bien loin pour satisfaire nos demandes. Nos comportements de surconsommateurs chroniques font en sorte que les entreprises doivent maintenant se faire avant-gardistes pour arriver à cibler le maximum de leur clientèle et en tirer le plus de profits possible. Comment ? En entamant la phase stratégique “mise en marché” d’un produit même avant qu’un besoin ou qu’une demande se présente. Ils créent de multiples besoins et des solutions à des problèmes dont nous n’avons pas encore connaissance et qui n’existeront peut-être même jamais !

La demande trouvera toujours son fournisseur !
Le fournisseur trouvera toujours sa demande !


RETOURNONS AU DEP… !

Ce qui est malheureux, ici au Québec; est que plus de 60% de la population se fie sur le GOUVERNE-MAMAN pour savoir comment agir, vivre leur vie et cohabiter en société et je craint que la décision du gouvernement quant à la vente tardive de l’alcool dans des endroits autres que les bars soit rendue en fonction de cela. La population n’est pas assez responsable.

“Vas faire renouveller ton permis de conduire !”
—> La SAAQ nous envoie une lettre par la poste (des fois 2 lettres) pour nous faire le rappel.

“N’oublies pas de faire ta déclaration d’impôts !!”
—-> À chaque année c’est la même date. Malgré ça, y’en a qui oublient.

“Mettez vous de la crème solaire ! Buvez beaucoup d’eau, il fait chaud dehors”
—-> Combien de gens se prennent le chemin vers l’hôpital chaque été simplement parce qu’ils ont étés négligents et ne sont pas capables de prendre des précautions pourtant si simples qui impliquent leur propre bien-être ??!!

—> Combien de gens prennent le volant après avoir consommé de grandes quantités d’alcool ou de stupéfiants sachant très bien que qu’ils ne sont pas en état pour opérer un véhicule ?! Les coûts reliés aux conséquences judiciaires que cela implique, des blessures, et de nombreux décès ne semblent pas être des arguments suffisamment convaincants pour opter pour une  réfléchie, responsable et sécuritaire.

—> Vous avez la grippe ? Le gouvernement en partenariat avec le Ministère de la Santé placarde les murs et les salles de bain des établissements qui abritent les services gouvernementaux public avec des affiches qui nous demandent impérativement de se laver les mains souvent, lorsqu’on est malade… Pourquoi a-t’on besoin de ça ? Est-ce vraiment nécessaire ?  Parce qu’un grand nombre de gens parmi nous ne sont pas capables de placer un pied en avant de l’autre pour marcher sans l’intervention du gouverne-maman.

—-> Combien de québécois fument la cigarette même s’ils connaissent les dangers et qu’elle contienne au delà de 2000 agents cancérogènes, provoque le vieillissement de la la peau, le cancer buccal, et j’en passe une tonne…. ?? Le Gouverne-Maman a du passer un projet de loi pour ça !

—> Combien de gens se noient chaque année dans les cours d’eau du Québec ou dans leur propre piscine année ? Faudrait-il que le Gouverne-Maman intervienne, encore ? —  “Portez votre ‘ti gilet de sauvetage les ‘ti ‘namis parce que sinon vous allez vous faire des ‘ti bobos !!”.

Je suis découragé.

Intervention – Toxicomanie – Carfentanil — mars 1, 2017

Intervention – Toxicomanie – Carfentanil

Tout dernièrement, la police a procédé à une saisie de Carfentanil à l’aéroport de Mirabel – il s’agit d’une première au Québec.

opioid-potency
Health Canada – Opioid Potency (2017)

Le Carfentanil est une drogue de synthèse appartenant à la famille des opiacées (opiacés =  dérivés de l’Opium. Les opiacées englobent le Fentanyl, l’héroïne, la morphine, etc…). D’abord utilisée comme sédatif pour les éléphants, elle fait maintenant son apparition dans les mains des toxicomanes. Une très très faible dose (l’équivalent d’un grain de sel, ou moins) peut être fatale.

**Santé Canada estime qu’elle est 100 fois plus forte que le Fentanyl et 10 000 fois plus puissante que la Morphine**

À Edmonton, les policiers et les ambulanciers sont maintenant formés pour administrer l’antidote (le Naloxone) qui permet de sauver beaucoup de vies en cas d’overdose. Devant cet enjeux, les ambulanciers de la ville d’Ottawa ont emboîté le pas dans cette même direction.

naloxUne telle intervention est fort simple et comporte très peu de risques. La Gendarmerie Royale du Canada a également distribué 13 700 unités de Naloxone (Narcan) à ses policiers partout au pays, sous forme de vaporisateur nasal. Dans certains cas, un proche du toxicomane pourrait lui-même administrer le Naloxone ou le Narcan à un individu en détresse. Bref, tout le monde est capable de le faire, nul besoin d’être un professionnel du domaine de la santé !

 

Au Québec, le pourcentage d’ambulanciers formés pour administrer la Naloxone varie grandement selon les régions. Sans grande surprise, Montréal représente la région ou on a recensé le plus grand nombre d’interventions nécessaires dans des cas de surdoses dans les derniers 2 ans, mais se classe parmi les régions où le nombre de professionnels ayant suivi une formation est le plus bas.

graphique-naloxone2
Ministère de la Santé du Québec (2016)

Même si le traitement a fait ses preuves quant à son efficacité à sauver des vies et qu’il soit beaucoup plus facile à administrer par voie nasale qu’avec une seringue (comme le Naloxone); un traitement de Narcan administré par voie nasale c0ûte environ 140$ – un coût que très peu d’organismes communautaires peuvent facilement débourser… et le gouvernement fait la sourde oreille et n’agit pas en conséquence devant cette crise.

Le manque de ressources financières fait en sorte que l’antidote n’est pas très accessible pour le moment dans la métropole et que les décès qu’on pourrait facilement prévenir s’accumulent. C’est vraiment désolant !  Il serait grand temps que nous considérions les toxicomanies comme un enjeux de santé publique, plutôt qu’un problème judiciaire et du domaine criminel & pénal.

La Violence Familiale au Canada — février 19, 2017

La Violence Familiale au Canada

JURISTAT a tout dernièrement publié la première partie d’un rapport officiel sur la violence familiale dans les foyers Canadiens. Puis-ce que les résultats des enquêtes de JURISTAT peuvent bien souvent ressembler à un véritable casse-tête, j’ai décidé d’écrire ce billet dans but de compiler les statistiques et de simplifier le tout pour être en mesure de dresser un portrait et une vue d’ensemble plus claire et compréhensible.

Au moment de répondre au questionnaire de l’enquête en question; 30% des Canadiens âgés de 15 ans ou plus déclarent avoir subi une forme ou une autre de maltraitance pendant leur enfance; avant l’âge de 15 ans. On peur définir les cas de maltraitance de deux façons : la violence physique et la violence sexuelle.  La violence physique est la forme la plus courante de maltraitance auprès des enfants. 5% des victimes répondantes au questionnaire ont rapporté avoir subi à la fois de la violence physique ET des sévices sexuels.

graph1

 

Dans l’ensemble, un plus grand nombre d’hommes que de femmes ont déclaré avoir été victimes de maltraitance avant l’âge de 15 ans, qu’elle qu’en soit sa forme (H : 32%, F : 27%). Toutefois, c’est chez les femmes qu’on remarque un nombre plus élevé de cas de violence sexuelle (H : 4%, F : 12%).

graph-2
Plus loin dans le rapport, on avance que près de 10% des répondants ont déclaré avoir, lorsqu’ils étaient enfants, vu un de leurs parents commettre des actes de violence contre un autre adulte. 70% de ces individus ont également dit avoir subi des sévices physiques ou sexuels à leur tour, au cours de leur enfance.
Malheureusement, pour toutes sortes de raisons, les victimes de mauvais traitements au cours de leur enfance, ne portent pas plainte auprès des professionnels, des intervenants ou des autorités compétentes (la police). Les victimes silencieuses représentent une très forte majorité. Ce groupe affiche un taux inquiétant de 93%. Sur l’ensemble de cette masse silencieuse; 33% en auraient parlé avec un ami ou un proche, sans toutefois déposer de plainte officielle auprès de la police afin que les auteurs d’actes répréhensibles soient mis en état d’arrestation, accusés formellement et qu’ils répondent à des accusations de maltraitance devant les tribunaux.


**Ces données ont été recueillies dans le cadre de l’Enquête Sociale Générale (ESG) de 2014.
Découverte – Podcast — février 17, 2017

Découverte – Podcast

Il y a quelques semaines, j’ai découvert par hasard un podcast sur iTunes fortement intéressant. Ça s’appelle : « Someone Knows Something« . Le podcast est disponible sur le site internet de CBC Radio. 

Le concept est simple mais vraiment très accrocheur. L’animateur du podcast en question en est à sa deuxième saison. Son mandat est de remettre des « COLD CASES » (des meurtres qui n’ont jamais été résolus) ou des histoires de disparitions de l’avant et de continuer l’enquête pour trouver des réponses à leurs questions. Toutes les causes sont vraies. L’animateur invite aussi des experts dans le domaine, des témoins  et divers invités – comme par exemple : des amis ou des membres de la famille de la victime…même des gens qu’ilsomeones visaient comme suspects.

La première saison fût très particulière, car l’animateur a décidé de re-ouvrir le dossier de son petit frère mystérieusement disparu dans la foret en 1972.  Lui et son équipe sont retournés
sur les lieux de la disparition d’Adrien McNaughton. Ils ont fouillé le fond des lacs avec de l’équipement de plongée sous-marine, arpenté les montagnes et les forets…en vain. Je ne vous en dit pas davantage, allez vous-même le découvrir !
Même si les recherches pour retrouver Adrien McNaughton continuent, malgré que la première saison soit maintenant terminée… L’enquête continue, et pendant la deuxième saison nous avons fréquemment droit à des mises-à-jour ! Le podcast publie du nouveau matériel à chaque semaine.